16 Janvier 2018
10318 visites
Surfologie

Les dépressions et la houle - Explications

Dépressions sur dépressions pour un hiver exceptionnellement pourri. Explication de ce phénomène et de son impact sur la houle.

téléchargez flash Player

Les dépressions passent, délivrant des conditions solides et pourries pour le surf depuis plus d'un mois. On en profite pour vous expliquer le plus simplement possible, sans revendication scientifique, ce qu'est une dépression, comment "lire" et reconnaitre une "bonne" dép d'une "mauvaise" dép, d'analyser sa trajectoire, sa forme, et son impact sur la houle.

 

 

 

 

En fin d'article, précisions sur cet hiver pourri et sur les dépressions surpuissantes qui se sont enchainées.

Un peu de météo adaptée aux surfeurs ci-dessous...

 

La Dépression - Formation et déplacement

Une dépression, c’est quoi ?
C’est une zone de basses pressions (inférieures à 1015 hPa) favorable au développement de nuages. Ces nuages peuvent se développer verticalement et ainsi former des perturbations dont le nombre varie en fonction des masses d'air. C’est ce qu'on appelle une dépression. Elle se caractérise par des vents rotatifs tournant en sens inverse des aiguilles d'une montre.


La dépression, sa naissance :
Une dépression naît de la rencontre entre de l'air chaud et de l'air froid.
Dans l'atlantique nord, les courants du Gulf Stream (chaud) et du Labrador (froid) se rencontrent aux environs de Terre Neuve. Ces courants sont accompagnés de masses d'air de températures différentes. L'arrivée de ces courants sur ce même lieu pousse les masses d'air à rester en contact.


L'air chaud se heurtant à l'air froid est rejeté en altitude ce qui crée une zone de basse pression.
Un mécanisme se met alors en place pour donner naissance à la dépression. L'ensemble de ce processus est appelé la Cyclogenèse.

 

formation depression
Formation d'une dépression

 


La vie d’une dépression :
La vitesse de déplacement d'une dépression est de 15 à 40 nœuds (30 à 80 km/h). Dans l’Atlantique Nord, son déplacement se fera vers l’est, étroitement lié au Jet Stream (définition ci-dessous). A l’avant de la dépression se forme un front chaud, à l’arrière de la dépression se forme un front froid. Le front froid se déplace à la vitesse de la dépression, le front chaud moins vite. Pour continuer à vivre, la dépression doit s’alimenter en air chaud. Tant qu’il y a de l’air chaud, il y a de la vie.

Définition Jet Stream ou courant-jet : Le courant-jet est un vent d’altitude qui se déplace à des centaines de kilomètres à l’heure autour du globe. Il se forme lorsqu’un courant chaud venant de l’équateur rencontre un courant froid venant des pôles. Le contraste de température au point de rencontre est tel qu’il force l’air à s’écouler horizontalement. Ce courant d’air prend de la vitesse avec la rotation de la Terre et donne, alors naissance à un courant-jet. Ainsi le jet est toujours associé à une variation importante de température et on explique sa plus grande vitesse en hiver qu’en été par ce contraste thermique. En général, le jet-stream peut filer en ligne droite mais il peut aussi serpenter.

Son flux est discontinu car il peut s’arrêter à un endroit puis repartir à un autre. Le relief et les variations de température de la surface terrestre influent sur sa position et son intensité. Ainsi, le courant-jet polaire est dans l'hémisphère Nord, plus rapide au-dessus de l’Asie (Chine – Japon) et de la côte Est des États-Unis qu'il ne l'est au-dessus de la côte Ouest des Etats-Unis ou de l’Europe. Sa largeur se situe entre 100 et 200 km et son épaisseur ne dépasse guère quelques kilomètres. Sa vitesse est de l’ordre de 200 à 300 km/h mais il peut dépasser 400 km/h. Le célèbre panache du sommet de l’Everest est du au jet polaire qui emporte la neige accumulée sur le sommet.

 


Explication Courant Jet ou Jet Stream

 

La mort d’une dépression :
Une dépression cesse d’exister (se comble) en fonction de différents facteurs :
- plus d’alimentation en air chaud. (Soit lorsque le front chaud est rattrapé par le front froid plus rapide qui coupe ainsi l’alimentation de la dépression. Soit lorsque la dépression touche les terres, en général plus froides que la mer).
- à cause du frottement avec le sol ou l’eau qui épuise la dépression.
- à cause d’un baisse de l’énergie cinétique (vent et déplacement vers l'est).
- à cause des précipitations.

Comment "lire" une dépression - 4 facteurs à retenir

Pour tous les amoureux des vagues, les dépressions sont importantes car ce sont elles qui génèrent la houle et donc, les vagues. En gros, le vent de la dépression qui souffle sur l’océan, lève des ondes qui seront plus ou moins grosses en fonction de la force du vent et de sa durée d’action. Plus le vent souffle fort et longtemps, plus la houle sera grosse. La zone où le vent souffle sur la mer de manière continue est appelée « zone de fetch ». Cette zone se situe en général en bas, à droite du centre d'une dépression (voir image ci-dessous).

zone de fetch
Détails de la zone de fetch (en bas à gauche de l'image)

 

Après une période particulièrement agitée de mi-décembre 2013 à mi-février 2014, nous avons pu voir des dépressions surpuissantes s’enchainer, certaines plus fortes que d’autres. Leurs zones de fetch étaient différentes et donc la houle générée était aussi différente. C’est dans ce cas là qu’il est utile de savoir lire une dépression pour en déterminer ses caractéristiques.

Il y a quatres facteurs qui conditionnent une « bonne » dépression :
1 - sa pression.
2 - sa forme.
3 - sa trajectoire.
4 - sa durée de vie.

1 - La pression d’une dépression se lit sur une carte isobarique. La dépression est symbolisée par un D pour les cartes françaises, par un L (Low) pour les cartes anglophones. A côté du D ou L est indiquée la pression correspondant à la valeur au centre de la dépression. Plus la pression est basse, plus la dépression est forte avec des vents violents. Mais ce n’est pas toujours vrai, on peut avoir une dép à 960 hPa, plus violente qu’une dép à 950 hPa, d’où tout l’interêt de savoir lire une dépression. Les tempêtes successives qui ont ravagé nos côtes ont toutes été relevées avec des pressions allant de 929 à 956 hPa, une force cyclonique. Pourtant, certaines de ces dépressions ont généré plus de houle que d’autres…

 

carte isobarique
Détails d'une carte isobarique (la date est en haut à gauche)

 

2 - La forme d’une dépression influe directement sur la force de ses vents, de leur direction et donc sur leur potentiel pour lever une grosse houle. Sur une carte isobarique, les dépressions sont entourées par des cercles plus ou moins réguliers, on appelle çà les isobares. Ces isobares relient entre eux les points ayant une même pression. Ces lignes isobariques s’espacent de 5 en 5 hPa (peut varier en fonction des modèles). Pour une dépression à 960 hPa en son centre, la ligne isobarique à proximité immédiate est donc à 965 hPa, et ainsi de suite en se décalant vers l’extérieur de la dépression.

 

Une dépression qui aura des lignes isobariques très resserrées, très proches les unes des autres génèrera des vents violents. Une dépression avec des lignes isobariques bien plus espacées génèrera des vents plus faibles. De plus, la forme générale de la dép aura aussi un impact. Si elle est bien ronde, elle sera beaucoup plus violente qu’une dépression de forme ovale.


Si vous voyez sur une carte une dépression toute ronde ressemblant à un oignon, ce sera une dép violente. Si vous voyez une dép en forme d’avocat ou autre, elle sera moins forte.

 

forme depression
Les formes d'une dépression

 

3 - La trajectoire de la dépression conditionne la direction et la puissance de la houle. Une dépression qui démarre de Terre-Neuve et qui se dirige vers l’Ecosse ne « visera » la France qu’un court instant. La houle sera donc moins grosse et puissante qu’une dépression partant de Terre-Neuve et « visant » la France tout en se dirigeant vers nos côtes.

 

depression trajectoire
Les différences de trajectoires des dépressions

 

4 - La durée de vie influe directement sur la puissance de la houle. En gros, plus une dépression active est en vie, plus la houle générée sera grosse et puissante. La durée de vie moyenne des dépressions lorsqu’elles sont à leur puissance maximale est de 1 à 2 jours dans l’Atlantique Nord. Lors de la dernière houle générée par la dépression Ruth le 09 février, celle-ci avait vécu pendant 2 jours à son intensité maximum. Le swell de la tempête Hercules du 07 janvier 2014 a elle vécu 3 jours à intensité maximale…

 

tempete christian dirk
Les trajectoires de Christian et Dirk

 

Un hiver particulièrement actif - Explications

Cet hiver est donc exceptionnel avec ces dépressions massives qui s'enchainent. C'est l'hiver le plus actif depuis 1969. Les faits marquants qu'il faut retenir par rapport à ces dépressions sont leur intensité et leur trajectoire.

Tout d'abord, elles ont été très intenses car le courant jet était actif sur cette période et il a nettement favorisé la formation de cellules très creuses. Toutes ces dépressions avaient une force cyclonique avec des vents à plus de 100 km/h et des pressions inférieures à 960 hPa.

Pour info, des dépressions dans les 990-1000 hPa génèrent des vagues de 2-3m, dans les 960-990 hPa on passe à 3-4-5m et les déps inférieures à 960 hPa envoient du 4-5m et plus... (bien entendu, ce sont des généralités).

 

tempete hercules nadja
Les trajectoires de Hercules et Nadja

 

Ensuite leur trajectoire est aussi particulière, marquée par une Oscillation Nord Atlantique positive, facilitant la formation des dépressions à des latitudes basses générant de la houle au secteur W à WSW. Il y a un changement flagrant dans la circulation des dépressions dans l'Atlantique Nord et vous avez tous les détails ici.

 

tempete petra ruth
Les trajectoires de Petra et Ruth

 

De toutes les tempêtes, Christian, Dirk, Hercules, Nadja, Petra, Ruth, c'est pour nous Hercules qui sort nettement du lot. Tout d'abord sa pression était très basse relevée à 950, 937 et 933 hPa pendant sa traversée de l'Atlantique Nord. C'est du très costaud, ensuite sa forme est restée bien ronde 3 jours de suite, avec des isobares trés ressérés. Sa trajectoire était bien orientée vers nos côtes et enfin pour finir sa durée de vie était exceptionnelle avec trois jours de suite à intensité maximale.

 

De plus la houle est rentrée avec du vent offshore, les vagues furent propres et le spectacle de gros tubes grondants (vidéo - photos) était assez scotchant !!. Donc pour nous les surfeurs, si il fallait n'en garder qu'une, ce serait la houle Hercules, une dépression très rare, par rapport aux années passées, mais qui dans l'avenir risque revenir plus souvent...


Ci-dessous le tableau comparatif.

 

COMPARATIF DES HOULES XL-XXL HIVER 2017-2018
(sont indiquées en rouge les plus grosses valeurs de chaque hiver)

DATE NOM PRESSION HOULE BOUEE
IRLANDE
BOUEE
BREST
BOUEE
ARCACHON
ORIENTATION PERIODE VAGUES
LACANAU
VAGUES
ANGLET
01/01/18

Carmen 1

Carmen 2

vidéo

990Hpa 10m 5m60 6m90 8m30 WNW-W 14-15 secondes 5m-6m 5m-6m

 

COMPARATIF DES HOULES XL-XXL HIVER 2016-2017
(sont indiquées en rouge les plus grosses valeurs de chaque hiver)

DATE NOM PRESSION HOULE BOUEE
IRLANDE
BOUEE
BREST
BOUEE
ARCACHON
ORIENTATION PERIODE VAGUES
LACANAU
VAGUES
ANGLET
03/02/17

Doris

vidéo

959Hpa 15m 12m 11m50 9m70 W-WSW 18-17 secondes 6m-7m 5m-6m
04/02/17

Leiv

vidéo

981Hpa 8-9m 7m20 8m50 10m20 W-WSW 10 secondes 5m-6m 5m-6m

 

COMPARATIF DES HOULES XXL HIVER 2015-2016
(sont indiquées en rouge les plus grosses valeurs de chaque hiver)

DATE NOM PRESSION HOULE BOUEE
IRLANDE
BOUEE
BREST
BOUEE
ARCACHON
ORIENTATION PERIODE VAGUES
LACANAU
VAGUES
ANGLET
11/01/16

Carolina

vidéo

964Hpa 9-10m 5m70 5m30 7m10 W-WSW 12-13 secondes 5m-6m 5m-6m
09/02/16

Ruzica

vidéo

952Hpa 15-20m 16m30 12m60 10m W-WNW 18-17 secondes 6m-7m 6m-7m

 

COMPARATIF DES HOULES XXL HIVER 2014-2015
(sont indiquées en rouge les plus grosses valeurs de chaque hiver)

DATE NOM PRESSION HOULE BOUEE
IRLANDE
BOUEE
BREST
BOUEE
ARCACHON
ORIENTATION PERIODE VAGUES
LACANAU
VAGUES
ANGLET
11/12/14

Alexandra

vidéo

940Hpa 15m 14m10 8m40 7m80 WNW 18 secondes 4m-5m 4m-5m
24/02/15

Uli

photos - vidéo

946Hpa 12m-15m 12m80 11m50 8m80 W-WNW 15-16 secondes 6m-7m 6m-7m

 

COMPARATIF DES HOULES XXL HIVER 2013-2014

DATE NOM PRESSION HOULE BOUEE
IRLANDE
BOUEE
BREST
BOUEE
ARCACHON
ORIENTATION PERIODE VAGUES
LACANAU
VAGUES
ANGLET
28/10/13

Christian

vidéo

956Hpa 12m-15m 11m 9m 8m WNW 18 secondes 6m-7m 6m-7m
22/12/13

Dirk

photos - vidéo

929Hpa 15m 11m90 9m50 10m20 W 18-19 sec 7m-8m 7m-8m
07/01/14

Hercules

photos - vidéo

933Hpa 15m+ 13m50 12m80 11m90 W 19-20 sec 7m-8m 8m-10m
01/02/14

Nadja

vidéo

937Hpa 15m 12m50 11m80 9m50 WNW 17-18 sec 6m-7m 6m-7m
05/02/14

Petra

photos - vidéo

944Hpa 12m-15m 5m80 13m40 12m40 WSW 16-17 sec 7m-8m 9m-10m
09/02/14

Ruth

vidéo

941Hpa 15m-20m 8m30 12m70 11m90 W-WSW 17-18 sec 8m-9m 7m-8m

 

 

SUIVEZ LA RENTREE DES SWELLS XXL SUR NOS SERVICES :

- Service audiotel : en direct de la plage, tous les jours, toute l'année, du matin jusqu'au soir, suivez les vagues en live sur le 08 92 29 78 73.

- sites web : Lacanau Surf Info, Anglet Surf Info, France Surf Info.

- service Surf Alerte : configurez VOS conditions préférées et recevez des Surf Alertes par mail.

- marées LSI : calez vos sessions en fonction des marées avec le Guide des Marées Lacanau Surf Info.

 

 

Bon spectacle et/ou bon surf à toutes et à tous.

 

Sources :

http://tpecourantjet.sntml.pagesperso-orange.fr/

roger.frebault.fr/

http://www.meteonet.org/

http://zebulon1er.free.fr/depression.htm

http://www.meteolafleche.com/

http://www.opc.ncep.noaa.gov/

http://www.metoffice.gov.uk/

http://www.weather.gov/

http://www.eumetsat.int/

http://www.wetter3.de/

https://www.fnmoc.navy.mil/

http://www.francesurfinfo.com/

https://www.lacanausurfinfo.com/

 

 

Jeff

Lacanau Surf Info - Météo Surf