07 Juin 2012
6176 visites
Surfeurs

INTERVIEW JÉRÉMY BOISSON

Rencontre avec le waterman canaulais Jérémy Boisson, multi-glisseur de tout poil, longboard, stand up, tandem, pirogue, etc...

téléchargez flash Player

 

PROFIL ==>

Prénom : Jérémy
Nom : BOISSON
Date, lieu de naissance : 17/03/1984 à Arès
Lieu de résidence : Lacanau Océan
Profession : Ingénieur aéronautique.
Voyages : Bali en 2009, Hawaii en 2006 (un mois avec Rico, Sarah, Claire) sur le North Shore et 2007 (pour les Championnats du Monde de Tandem à Makaha), La Réunion, le Portugal avec le LSC.
Débuts en surf : en 1990 à l'âge de 6 ans.


Ton matériel : 2 longboards (un pour les petites vagues, un autre plus moderne shapé par UWL), 2 Stand-Up de vagues (un Ron House, un Gerry Lopez), un Stand-Up 12'6'' de course 404, une pirogue hawaienne de vagues (achetée avec Alban Méric), un shortboard.


Surfeurs qui t’inspirent : Taylor Jensen, parce que c'est un longboardeur moderne, très radical qui a un peu révolutionné le longboard ces dernières années. En plus il a le même âge que moi !. Après dans les watermen, Bonga Perkins. C'est un mec qui touche à tout. Il est de Makaha, c'est là où il y a tous les jouets et où on joue à tout. Et en plus c'est une personnalité hors du commun, accessible alors que c'est une vraie star.


Vagues préférées : j'aime beaucoup Makaha. C'est une vague qui me plait énormément. Au bord c'est une vague tranquille, on peut glisser quel que soit son niveau, quand c'est un peu gros, on peut avoir des vagues impressionnantes au large, et en plus il y a un gros chenal pour accéder aux vagues.

Après, j'ai du mal à partir de Lacanau, et donc j'adore Lacanau forcément.


Manoeuvre favorite : les rollers et en tandem le "side". Un porté facile. Et en pirogue, j'adore les cut-backs.


Meilleurs résultats : en Longboard, Vice-Champion de France en 2011, en Stand-Up, j'ai été pendant 2 ans meilleur français, en tandem 5ème mondial à Lacanau en 2010.


Sponsors : Enbata, pagaies Quickblade, SUP Ron House, SUP Gerry Lopez, SUP de course 404, Crow Haley, Longboard UWL.


Site Web : Facebook

 

Lacanau Surf Info : on revient à chaud sur ton avant dernière compétition. Tu étais aux Championnats d'Aquitaine où tu as terminé 2ème en SUP et 2ème en Longboard. Alors 2 places de 2ème celà vaut une place de premier ?
Jérémy : malheureusement non. Je suis déjà content de moi. Même si j'étais parti pour gagner les 2 catégories. Il faut avouer que le niveau n'était pas aussi élevé que pour un Championnat de France. Il n'y avait pas tout le monde, mais il y en avait quand même un dans chaque discipline qui était meilleur que moi !!. C'était quand même une bonne compète pour moi, une bonne préparation pour la saison 2012.

 

Lacanau Surf Info : Ce n'était pas difficile d'enchainer des séries longboard et SUP ?
Jérémy : disons que c'est une approche qui est différente. Le longboard demande beaucoup plus d'équilibre, alors qu'en SUP la pagaie nous aide beaucoup. Du point de vue dépense physique, j'arrive à gérer et de toute manière je n'ai pas fait énormément de séries, juste 3 séries le dernier jour.

 

Lacanau Surf Info : Sinon, avec tes collègues canaulais, vous avez créé des associations pour promouvoir les sports de glisse, watermen, etc... ?
Jérémy : tout à fait, avec Alban Méric, watermen aguerri comme moi, très bon longboardeur, nous avons créé l'association Lacanau Watermen, qui nous permet de développer l'esprit watermen autour de tous les supports de glisse qui à la base sont hawaiens. On a la pirogue hawaienne 4 places, le longboard, le SUP, le tandem, tous les supports sur lesquels on s'amuse. Le but de cette association est d'initier un maximum de gens, on en fait souvent avec l'association d'Isma, Surf Insertion.

 

On emmène souvent des handicapés dans l'eau, avec la pirogue, c'est génial. On peut découvrir très rapidement le plaisir de la glisse sur une vague. Il n'y a pas de pré-requis nécessaires.

 

 

Ce qu'on recherche aussi avec cette association, c'est de créer une émulation autour de la culture surf, la culture de l'océan. Par exemple, à Lacanau, il y a des gens qui vivent de l'océan, qui vivent avec l'océan mais ce n'est pas la majorité. Nous souhaitons que celà se développe un peu plus, sur Lacanau, au niveau départemental aussi. Nous présenterons dans l'année, les médias pour relayer les infos de notre association.

 

FINALE COUPE DE FRANCE STAND UP 2011 À LACANAU

 

Lacanau Surf Info : Le stand-up est un sport qui est à la mode. De plus en plus de personnes le pratiquent, avec plus ou moins de succès et dans des situations plus ou moins dangereuses. Quels conseils tu pourrais donner aux gens qui débutent en SUP ?
Jérémy : pour ceux qui débutent en SUP, je leur conseille de se rapprocher des clubs qui initient au SUP. Ne pas partir à l'eau comme çà, sans s'initier au préalable dans une structure. Le SUP est plus contraignant et dangereux que le surf, qui est déjà un sport dangereux à la base. Les planches de Stand-Up sont grandes, épaisses, lourdes, difficiles voire impossible à maitriser si on n'est pas aguerri.

 

On peut se mettre en danger très facilement, mettre en danger les autres qui sont autour, et celà peut créer de la frustation auprès des autres surfeurs à cause du danger, de l'encombrement. Du coup, il y a de plus en plus de gens qui n'aiment pas ce sport parce qu'ils en ont peur. Ils ont peur des gens qui le pratiquent. En plus le Stand-Up est encore plus grand public que les autres sports de glisse, c'est relativement facile à apprendre mais paradoxalement, il n'en est que plus dangereux. Le stand-up reste un sport à risque et pas seulement pour le pratiquant.

 

Lacanau Surf Info : Quand as-tu commencé le surf ?
Jérémy : j'avais 6 ans avec mon père.

LSI : Sur quel spot ?
Jérémy : à la plage Nord, en face de la maison.

LSI : Tes premières vagues à Lacanau ?
Geoffroy : j'avais peur les premières fois, je savais pas nager. Je flippais un peu des vagues quand même. Du coup j'étais pas serein. Mais l'objectif principal était d'aller surfer avec papa, peur ou pas.

LSI : Quelle est ta session canaulaise préférée ?
Jérémy : c'est quand je débauche. J'arrive comme un fou, les vagues sont parfaites, j'ai eu une journée de taré et dès que je suis dans l'eau, ce sont les vacances et c'est trop bon.

LSI : Comment trouves-tu le niveau dans l'eau ?
Jérémy : pour les gens de lacanau, le niveau est plus homogène qu'avant, il y a plus de surfeurs aussi. Je me souviens de sessions en hiver où j'étais tout seul, il y avait un mec à la nord, un à la sud et c'est tout. Maintenant, même en Février il fait -12° et il y a 40 personnes à l'eau. Après le niveau général est meilleur, il suit la progression du niveau général français.

 

interview jeremy boisson


LSI :
Tes surfeurs préférés ?

Jérémy : pour moi mes surfeurs préférés à Lacanau sont des shortboarders. Toute la génération des 30-40 ans, Yannick Gauthier, Christophe Lalande, David Labat, Jeff Deloume, etc...Chez les plus jeunes, Justine forcément.

LSI : Quelles sessions sont restées dans ta mémoire ?
Jérémy : 2 en particulier. Une fois c'était assez gros avec un bon 2m50. A lacanau, à cette taille, c'est très sélectif. Ce jour là, c'était en face du surf club, en avril, avec Adrien Valero, Nathan Hèle, Gérard Valero. L'eau était verte, fort offshore, on flippait pas mal quand même sur des droites bien tendues, bien rapides. C'était la première fois que je surfais des vagues aussi grosses.

 

L'autre session, c'était un matin avec Rico en Stand-Up, en face du club encore, une jolie droite de 1m50. La session a tourné au manège, on enchainait les vagues parfaites, chacun notre tour, c'était génial, d'autant plus que nous étions tous seuls à l'eau.


LSI : Comment vois-tu l'évolution du surf sur nos spots ?
Jérémy : de plus en plus de monde, de plus en plus difficile de trouver des vagues tranquilles.

 

interview jeremy boisson


LSI :
Un regard sur la nouvelle génération ?
Jérémy : je trouve que certains ont pas mal de potentiel mais qu'ils ne l'utilisent pas comme il faut. Ils tentent des airs, des tricks, çà se rapproche du skate. Moi je suis un adepte du surf sur le rail, plus basique et je pense que la base reste le surf sur le rail et que les jeunes ne le travaille pas assez.

 

LSI : Comment vois-tu l'évolution du shape des planches ?
Jérémy : en stand up on réduit la longueur, on gagne en largeur, on perd en épaisseur. L'évolution a été flagrante en SUP en 3-4 ans. En longboard, les shapes sont stabilisés maintenant et se ressemblent beaucoup, souvent en époxy pour les conditions lisses.

LSI : Parles nous un peu de ton quiver. Ta ou tes planches préférées en fonction de quelles conditions...
Jérémy : j'aime bien tout sortir. Je sors quand même beaucoup mon longboard pour la compète et puis mon stand up Ron House 8'6'', qui est très agressif et qui colle bien à mon style de surf.

 

interview jeremy boisson

 

LSI : Tu es un surfeur complet. Peux-tu nous parler de ta préparation sportive ?
Jérémy : je prépare ma saison en jouant au foot tout l'hiver pour entretenir le cardio. Ma préparation spécifique commence en janvier-février avec beaucoup de muscu puis en mars-avril, lors de mes premières sessions de surf, j'essaie de ramer beaucoup, de faire du cardio mais avec les bras cette fois.

 

Et ensuite pour chaque compétition, je les prépare en faisant des mini configurations de mes épreuves, je reproduis et j'enchaine des séries longboard, puis SUP, puis Tandem. Je peux enchainer jusqu'à 5 ou 6 séries dés fois. Des séries de 20mn, proches de la réalité.

Je travaille aussi en parallèle mes gammes, mes figures, mes attitudes, etc...

 

LSI : Quels conseils pourrais-tu donner aux jeunes qui veulent réussir en compétition ?
Jérémy : pas se mettre la pression, avoir des objectifs mais ne pas s'en faire tout un monde. C'est mon expérience qui m'a appris çà. L'année où je ne me suis mis aucune pression, j'ai eu mes meilleurs résultats. Celle où je me suis mis la pression, j'ai eu de mauvais résultats.

 

LSI : Quels conseils pourrais-tu donner aux jeunes qui veulent devenir de bons surfeurs ?
Jérémy : ne pas oublier que c'est avant tout un plaisir. Un bon surfeur est un surfeur qui s'éclate. On peut mal surfer et se faire plaisir. Revenir un peu aux sources de ce qui est avant tout un loisir et pas une compétition.

 

LSI : Quelle est pour toi la journée type de surfing à Lacanau ?
Jérémy : normalement tôt, je vais surfer quand il n'y a pas trop de monde, j'attends aussi le meilleur moment. J'aime aussi aller surfer sur les coups de midi quand tout le monde sort de l'eau pour aller manger. J'aime aussi les sessions du soir, jusqu'à la nuit.

 

LTDT SURF MOVIE


LSI : L'environnement est un sujet brulant. Qu'en penses-tu ?
Jérémy : c'est plus que brulant. Malgré toutes les opérations qu'il peut y avoir, j'ai l'impression que les gens s'en foutent. On nettoie la plage au Printemps, on fait le nettoyage des déchets espagnols, on rend la plage propre pour les touristes, mais on voit peu de gens éduqués qui prennent soin eux-même de l'environnement. Ca me frustre. Il faut respecter l'océan et la nature.

LSI : Comment vois-tu notre région girondine ?? Aspects positifs et négatifs.
Jérémy : l'aspect positif, c'est la proximité de Bordeaux. Celà permet de faire vivre la station canaulaise. Sinon j'adore la Gironde mais l'aspect négatif, c'est qu'il y a des clans à l'intérieur de notre petit département entre le nord, le sud, Bordeaux. On a un terrain de jeu extraordinaire avec les lacs, la forêt, l'océan, des kilomètre de plage, une nature géniale, les pistes cyclables. On peut faire beaucoup de choses.

Les girondins restent malgré tout pas trop en phase avec leur région et c'est justement pour celà que l'on développe les associations LTDT et Lacanau Watermen.

 

Cette association LTDT, fait un lien entre tous les sports extrêmes, avec une connotation plus urbaine. Celà permet de faire un pont, entre plusieurs univers.


LSI :
Tes projets pour cette année ?

Jérémy : acheter mon appartement déjà. Projet sportif, faire de meilleurs résultats aux Championnats de France, me lancer dans les Masters. Développer Lacanau Watermen, m'investir un peu au LSC dont je suis le secrétaire général. Développer la culture surf dans son ensemble.

LSI : Des voyages à venir ??
Jérémy : pas pour le moment.

LSI : Quelques conseils pour les surfeurs qui veulent profiter des vagues canaulaises ?
Jérémy : checker les conditions sur LSI, respecter les locaux, la nature et pas salir !!.

 

interview jeremy boisson


LSI : Ton avis sur l'évolution du monde de la glisse ?

Jérémy : je pense que les marques de surf ont bien abimé ce milieu. Le surf recule par rapport aux autres disciplines, il prend un coup de vieux par rapport aux nouvelles pratiques. Même si beaucoup de marques utilisent l'image du surf, il semblerait que l'on soit au sommet de la courbe de popularité. Le surf est trop élitiste par rapport aux nouvelles disciplines plus accessibles.


LSI : En dehors du surf, de la plage, de Lacanau, des passions, des intêrets particuliers ?
Jérémy : j'adore la musique, mes amis, la famille, mon boulot qui m'apporte une autre vision. Sinon tout tourne autour de Lacanau.

 

LSI : Un dernier mot ?
Jérémy : faites vous plaisir et aussi une dédicace spéciale à ma maman. Remerciements aussi à mon père, Rico Leroy, Julie Desarnaud (ma partenaire tandem), mes sponsors, le LSC et le LTDT Crew.

 

Crédit photos :
Djé - 1 moment 1 image

www.Photoaction.fr

Aquashot

Comité Régional Surf Aquitaine

YvesS

 

Crédit vidéos :
LTDT

 

Retrouvez les interviews des surfeurs du cru ici

 

Jeff
Lacanau Surf Info - Surfers

https://twitter.com/timeline/home?status=https://www.lacanausurfinfo.com/news-24-178/interview-jeremy-boisson.html