22 Juin 2012
4084 visites
Médias

Interview Djé - Photographe

Vous connaissez certainement ses photos, sans doute moins la personne. Découvrez DJÉ dont sa passion est son métier, ainsi qu'une sélection de ses meilleurs clichés !!.

téléchargez flash Player

 

PROFIL ==>

Prénom : Djé
Nom : Djé
Date, lieu de naissance : 18.01.1980 (Vendée)
Lieu de résidence : Lacanau Océan
Profession : Photographe
Voyages : Amérique Centrale (Costa Rica, Panama, Nicaragua), Guadeloupe, Maroc, Australie et presque tous les pays d’Europe...
Débuts en surf : Il y a 15 ans, sans grande réussite... Je m’y suis vraiment mis quelques années plus tard. Je surfouille ;)

 

Débuts photographe : Professionnellement, çà fait à peine 2 ans.


Ton matériel : Boîtiers et objectifs CANON, du fisheye au téléobjectif. Caisson étanche SPL.


Surfeurs qui t’inspirent : Faudrait-il encore que je surf réellement pour pouvoir m’inspirer d’autres surfeurs. Je me lève, je prends des vagues et je me fais plaisir c’est l’essentiel..


Photographes qui t'inspirent : Pour ne parler que du surf; Agustin MUÑOZ, Clark LITTLE, Eric CHAUCHE, Timo JARVINEN, Kirstin SCHOLTZ, Jeff RUIZ... Il y en a tellement, et dans les différents domaines de la photo!!!.

Site Web : www.1moment1image.com (il faut que je le mette à jour!). Facebook

 

Lacanau Surf Info : Quand as-tu commencé le surf ?
Djé : Le surf, le vrai, celui où on tient debout et où on suit la vague...? Il y a 6 ans.

LSI : Sur quel spot ?
Djé : La toute première fois (il y a 15 ans) c’était à La Sauzaie, en Vendée. Bien des années plus tard j’ai remis çà à Lacanau avant de m’y mettre pour de bon au Costa Rica.

LSI : Tes premières vagues à Lacanau ?
Geoffroy : Lacanau, avant mon premier voyage au Costa Rica, avec un shortboard. Une planche qui ne me convenait pas du tout mais j’aurais au moins appris à faire le canard et à ramer. Pour ce qui est de surfer, c’était une autre histoire...

LSI : Quelle est ta session canaulaise préférée ?
Djé : Je n’ai pas vraiment de préférence. Si les conditions de surf me conviennent j’y vais. Mais j’avoue que je n’ai pas la même motivation ici (en France) pour aller surfer comme c’était le cas au Costa Rica avec 3 ou 4 sessions par jour, matin midi et soir. Sauf quand on a des conditions comme en avril 2011... Mais, généralement, lorsqu’il y a des bonnes conditions, je suis derrière l’objectif.

 

interview dje 1 moment 1 image

 

LSI : Comment vois-tu l'évolution du surf sur nos spots?
Djé : Comme beaucoup, je grince des dents quand il y a trop de monde à l’eau, mais jusqu’à preuve du contraire le surf est un sport de liberté et gratuit, donc on ne va pas interdire aux gens de se mettre à l’eau. Ce serait le monde à l’envers. Et le localisme ce n’est pas du tout mon style, même si je trouve qu’ici on est trop gentil comparé à d’autres endroits.

 

Mais le littoral girondin, pour ne parler que sur le plan local, est assez vaste pour ne pas surfer les uns sur les autres, ce n’est pas compliqué de marcher quelques minutes plus au nord ou plus au sud pour aller surfer plus tranquillement. C’est aussi çà le surf. Du peu que je surf je pense être assez cool à l’eau et je ne suis pas de ceux qui raguassent sur tout et qui pleurent comme ce n’est pas permis si je me fais braquer. Mais il ne faut pas abuser non plus ;)


LSI :
Tes surfeurs préférés ?

Djé : Jordy SMITH!!! Notre locale-mondiale Justine DUPONT, et bien sûr Yann (MARTIN), futur Champion de France Master ;))


LSI : Quand as-tu commencé à faire des photos ?
Djé : Tout petit, en famille, je voulais en permanence faire les photos. Ensuite j’ai eu mon premier compact argentique, puis un second, avant d’acheter un petit numérique. Je prenais des photos partout et de tout. L’appareil photo n’était jamais bien loin. Mais sans jamais penser un seul instant que çà deviendrait un jour ou l’autre mon activité professionnelle.

 

Raison pour laquelle je n’avais jusque-là pas trouvé l’intérêt d’investir dans du matériel plus conséquent (et les prix n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui). Jusqu’à l’achat de mon 1er réflex (numérique) il y a 4 ans lors d’un voyage en Amérique Centrale. A partir là, je m’y suis vraiment intéressé de plus près, en apprenant sur le terrain, dans les magazines spécialisés, et j’en apprends encore tous les jours.

 

interview dje 1 moment 1 image


LSI : Ton goût pour la photo découle t’il de ton goût pour le surf et tout ce qui va avec ?
Djé : J’aime le surf et j’aime la photo, donc dans un 1er temps je me suis principalement axé sur les photos de surf. Mais forcé de constater qu’il y a énormément de monde dans ce milieu, j’ai rapidement compris que je ne pourrais pas vivre uniquement grâce au surf. J’essaye d’élargir mon champ d’action dans les domaines pour lesquels je me passionne. Reporter-photographe pour la presse, ça me plairait bien. Je pense que c’est toujours plus facile de faire ce que l’on aime.

 


LSI :
Quel est ta perception de la photographie? A quoi sert-elle?
Djé : La photo c’est immortaliser un instant éphémère. Chaque photographe à un angle de vue qui lui est propre sur une même situation ou sur un sujet identique, ce qui permet au public d’avoir une perception différente de cette photo. Mais il faut, autant que possible, rester dans le vrai de la situation et/ou du sujet, même si aujourd’hui, avec le numérique, on a vite fait de retravailler une photo et de la rendre plus agréable à regarder.

 

LSI : Tu fais des photos très colorées, beaucoup de couchers de soleil, des photos aquatiques, etc... Parles nous un peu de tes réalisations et de comment tu les vois.
Djé : Il n’y a pas de règle établie dans mon style de photos. J’essaie de préparer et de travailler mes compositions d’image. Il m’arrive de me poser à un endroit sans même savoir ce que je vais bien pouvoir photographier, en attendant qu’un détail ou qu’une situation dans l’environnement dans lequel je suis m’interpelle. Des fois c’est tout simplement en roulant que je vais être attiré par un sujet. Mais j’avoue que tout ce qui touche à l’océan, de près ou de loin, est assez régulier dans mes photos en étant à 90% dans cet environnement.

 

Le traitement d’image apporté en post-production fait qu’elles sont souvent très colorées. On peut modifier les courbes, les contrastes, etc... Il faut jouer avec ce traitement d’image sans trop en abuser, au risque de perdre l’intérêt de la photo. Les couchers de soleil, c’est un peu la photo «classique», surtout en bord de mer; quand on en a vu un on en a vu 100... Il faut réussir à mettre en valeur un instant précis de cette fin de journée où on a vite fait de faire des centaines de photos, avant, pendant et après...

 

interview dje 1 moment 1 image

 

Les photos en aquatique c’est un exercice particulier, physique, et parfois assez périlleux, aussi bien pour le photographe que pour le matériel...! Mais quand le résultat est là, c’est magique. Je pense que c’est un atout de pouvoir faire ce type d’images, pas seulement en surf.

LSI : Tu es bien connecté avec la Fédération Française de Surf. Parles-nous de ton rôle avec eux.
Djé : J’ai eu la chance de pouvoir travailler avec la Fédération Française de Surf ces derniers mois. Je suis parti 1 mois en Australie pour le stage de l’Equipe de France et une dizaine de jours au Panama pour les Championnats du Monde Juniors ISA. J’y étais en tant que photographe mais aussi pour faire de la vidéo.

 

J’avais également en charge la partie communication avec la mise en ligne journalière des news de l’équipe sur le blog de la FFS pendant ces déplacements. La partie vidéo a principalement servi au staff pour faire des analyses et retours vidéo avec les surfeurs. Très bonne expérience tant sur le plan personnel que professionnel et je remercie l’ensemble du staff de m’avoir donné cette opportunité.

 

interview dje 1 moment 1 image

 

LSI : Perçois-tu la photographie comme un style de vie?
Djé : Oui car il n’y a pas de routine. La photographie, peu importe le domaine, peut permettre de voyager, de connaître des cultures différentes. On rencontre des gens de tout horizon, et étant très curieux de nature, ce n’est que du bonheur pour moi de pouvoir s’enrichir à travers ces différentes expériences.

 

LSI : Quelle est ta plus belle réalisation?
Djé : Probablement une vision inhabituelle du front de mer de Lacanau. Elle n’était pas du tout voulue. C’était lors d’une de mes premières sessions aquatiques, en octobre 2010. Des conditions pas terribles, je m’étais mis à l’eau pour tester des réglages et m’entraîner pour ce type de prise de vue. Je cherchais à faire des images de la vague avant qu’elle ne casse.

 

Quand je suis rentré et que j’ai vidé la carte mémoire j’ai eu la surprise de voir que j’avais fait cette photo. Peut-être la chance du débutant, et je ne sais pas si un jour je ferais une autre photo comme celle-ci.

 

LSI : Quel est ton rêve de photographe?
Djé : Comme tous ceux qui font ce métier, et principalement dans le milieu du surf, en vivre pleinement -et correctement-, pouvoir «voyager» tout en exerçant ce métier. Il faut se donner les moyens d’y arriver...

 

LSI : Quels sont les photographes que tu apprécies?
Djé : Ceux qui sont natures et qui n’attendent pas la moindre occasion pour te faire des coups bas... Mais dans ce milieu de requins il y en a très peu. Je trouve ça très paradoxal mais bien souvent ce sont les «anciens», ceux qui n’ont plus rien à prouver, avec qui je m’entends le mieux, ceux qui ne sont pas avares de te faire partager leurs expériences et qui ne te regardent pas comme un adversaire sur un ring...

 

interview dje 1 moment 1 image


LSI : Comment vois-tu l’évolution du monde en 2012 ?
Djé : J’attends le 21 décembre pour faire des tonnes de photos qui ne serviront strictement à rien puisque le lendemain on ne sera plus de ce monde... :D

LSI : La photographie sauvera-t-elle le monde ?
Djé : C’est le prochain sujet de philosophie au bac, c’est ça? Je ne suis pas très bon philosophe... Plus sérieusement, sauver le monde avec la photographie je n’en ai aucune idée, mais si ça peut faire rêver des gens en regardant des photos, c’est toujours ça de pris.


LSI :
Tes projets pour cette année ?

Djé : 2012 a déjà bien commencé, 1 semaine au Maroc, 1 mois en Australie, 12 jours au Panama... J’espère qu’il y aura d’autres voyages, trips surf photos, etc...

LSI : Ton avis sur l'évolution du monde de la glisse en général ?
Djé : Ça évolue en permanence, et très vite. Comme tout. Nos aînés qui surfaient des «troncs» en single auraient-ils pensé que 30 ou 40 ans plus tard on sortirait des planches 10 fois plus légères, avec 3, 4 ou voir même 5 dérives? L’industrie de la glisse développe et teste des nouveaux produits tous les jours. Il faut vivre avec son temps, n’en déplaise aux nostalgiques.

LSI : Ton avis sur l'évolution du monde de la photographie en particulier?
Djé : C’est comme pour la glisse, ça évolue très -trop- vite. A peine un nouveau matériel sort sur le marché qu’il est presque déjà obsolète et prêt à être remplacé par un autre encore plus performant. On se demande jusqu’où ça ira. Je comprends parfaitement les photographes qui sont là depuis des années et qui voient parfois d’un mauvais œil les nouveaux comme moi qui sont arrivés avec l’ère du numérique.

 

Je me retrouve un peu dans leur situation aujourd’hui en voyant que tout le monde peut faire des photos avec tout et n’importe quoi. Il ne suffit plus seulement d’avoir un appareil photo et/ou d’être photographe pour que ses photos puissent être publiées ici et là.

 

interview dje 1 moment 1 image


LSI : En dehors du surf, de la photo, des passions, des intérêts particuliers?

Djé : Beaucoup trop pour réussir à tout faire... Côté sport, je suis fan de rugby et du Stade Toulousain (Champions de France 2012 !!). Je profite de chaque instant qui passe sans me prendre la tête, la vie est tellement courte.

 

LSI : Un dernier mot ?
Djé : Merci LSI, et comme on dit en Equipe de France: A LA CHOUNE!!!

 

 

 

Retrouvez les interviews des canaulais ici

 

Jeff
Lacanau Surf Info - Surfers

https://twitter.com/timeline/home?status=https://www.lacanausurfinfo.com/news-22-179/interview-dje-photographe.html