09 Août 2012
4135 visites
Culture

INTERVIEW MOLO

Evadez-vous de ce monde de brutes avec MOLO, artiste canaulaise haute en couleurs.

téléchargez flash Player

PROFIL ==>

Prénom : Marie
Nom : Corrège « Molo »
Date, lieu de naissance : 12/06/1971 à la clinique des Landes !
Lieu de résidence : Lacanau
Profession : graphiste, illustratrice, artiste, peintre, plasticienne.
Voyages : Inde, Mexique, Costa Rica, Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Australie, NY, Maroc et nombreux voyages en Europe.

Débuts en surf : à Lacanau Océan avec le longboard d’un ami. Quelle belle et heureuse expérience.
Planches : 9’3’’ – 6’3’’ – bodyboard.

 

Surfeurs qui t’inspirent : les premiers surfeurs qui m’ont inspiré sont Manoa Drollet, Jean Sarthou, Bellinda Bag.

 

Débuts artistiques : Petite au club Mickey j’ai gagné le concours de dessin sur sable, et voilà c’était parti !.


Outils : pinceaux, crayons, Posca, peinture acrylique.


Artistes qui t’inspirent : c’est Rick Griffin et Wes Wilson qui m’ont vraiment attiré au début.

Oeuvre favorite : la Vénus de Brassempouy parce que c’est une des plus anciennes statues à visage humain trouvée dans les Landes et ça m’émeut.

 

Facebook : www.facebook.com/HelloMolo

 

Lacanau Surf Info : Quand as-tu commencé le surf ?
Molo : Tard vers 18 ans, quand j’avais 14 ans tout le monde n’avait pas sa planche et encore moins les filles !.

LSI : Sur quel spot ?
Molo : Lacanau puis Bidart en body board où j’ai fait ma première saison dans l’école de surf de mon cousin.

LSI : Quelle est ta session préférée ?
Molo : à 41 ans je suis plutôt, petite session longboard funny glassy sunny et bonne compagnie, mais je garde un souvenir parfait d’une session en bodyboard à Labenne, temps orageux, mer glassy, 2 à l’eau avec un bon 2m, miam !! Et Puerto Escondido c’était fou, tellement rapide!.

 

interview marie correge molo artiste

 

LSI : Comment vois-tu l'évolution du surf sur nos spots ?
Molo : ben en fait j’ai fait ma crise, je ne voulais même plus surfer tellement il y avait du monde à l’eau et ça faisait cliché d’avoir une planche sous le bras …les mecs qui entraient dans l’eau pour batailler et taxer toutes les vagues sans un sourire me faisait halluciner et ceux qui n’avaient rien compris avec leur bic aussi, j’ai détesté cette tournure que le surf avait pris. Mais je me soigne et heureusement ce n’est pas toujours comme ça et puis la relève est plutôt fun !.

 

LSI : Tes surfeurs préférés ?
Molo : Joel Tudor pour la beauté du geste, Rastovitch pour le spirit !.


LSI : Quand as-tu commencé à faire des oeuvres ?
Molo : en tant qu’infographiste je me suis retrouvée à dessiner tout le temps sur l’ordi, un jour j’en ai eu assez, j’ai eu besoin d’une texture, d’un geste plus fluide plutôt qu’un clic et des courbes de bézier. Puis, dans mon entourage, on m’a conseillé de vendre mes œuvres alors j’ai mis un tableau en vente dans un resto en me disant si je le vends dans la semaine je continue, je l’ai vendu 4 jours après et le mec me l’a acheté plus cher que ce que j’en voulais, c’était en 2002.

 

interview marie correge molo artiste


LSI : Ton goût pour l'art découle t’il de ton goût pour le surf et tout ce qui va avec ?
Molo : Vivant au bord de l’océan, je n’allais pas peindre des trucs genre monstres horribles, c’est vraiment une inspiration qui vient de la beauté des éléments qui m’entourent et des sensations que m’a apporté le surf. Oui !. Je me souviens du premier tableau que j’ai fait quand je suis arrivée en ville à Bordeaux, c’était une dame seule qui sortait son petit chien pour qu’il fasse pipi « love dog ». Voilà ce n’était plus les mêmes choses que je voyais..c’est pour celà que je garde un endroit à l’océan, j’en ai tellement besoin.

 

LSI : Quel est ta perception de l'art ? A quoi sert-il ?

Molo : c’est une émotion, un moment ou une pensée que l’artiste essaie de mettre en forme, un appel à la reflexion et à l’imagination, quelque chose d’impalpable. J’ai compris que chacun à sa vision perso et ne regarde pas le monde avec les mêmes lunettes.

 

LSI : Tu crées des œuvres pleines de douceur, de simplicité, de couleurs unies mais travaillées aussi lorsque l’on cherche à les explorer. Parles nous un peu de tes réalisations et de comment tu les vois.
Molo : Je les vois comme une découverte une extension de mes pensées.

 

interview marie correge molo artiste


LSI : Tu utilises plein de supports différents pour tes créations. Une raison ??.
Molo : oui c’est vrai, je peins sur des toiles mais aussi sur des bois flottés, tout simplement parce qu’il sont là sur la plage, ils ont passé des mois dans l’océan, je les trouve intéressants par leur volume et leur histoire.

 

interview marie correge molo artiste

 

LSI : Perçois-tu l’art comme un style de vie ?.
Molo : bien sur c’est même une sacrée aventure au niveau de sa propre réalisation.

 

LSI : Quelle est ta plus belle réalisation?

Molo : je ne sais pas, celle à venir...

 

LSI : Quel est ton rêve artistique?
Molo : hé bien c’est quand une personne me dit « j’ai regardé une de tes peintures, je me suis évadé et j’étais bien… ».

 

LSI : Quels sont les surf artistes que tu apprécies ?
Molo : Molo ! lol !.

 

 

interview marie correge molo artiste


LSI : Comment vois-tu l’évolution du monde en 2012 ?
Molo : je pense que nous sommes arrivés au pied du mur, l’homme ne peut pas faire pire, en Inde on appelle ça le monde du Kali yuga, alors après les nuages, le beau temps s’installera non ?.


LSI : L'art sauvera-t-il le monde ?
Molo : si l’art avait le pouvoir d’éveiller toutes les consciences à la réalité de la beauté et de l’amour de ce monde, OUI !.


LSI :
Tes projets pour cette année ?

Molo : Continuer à créer, m’améliorer.

LSI : Ton avis sur l'évolution du monde dela glisse en général ?
Molo : bah c’est devenu un gros business, il ne faut pas oublier qu’à l’origine, ce sont les surfeurs qui ont créé ce biz pour pouvoir vivre de leur passion. Mais la glisse reste la glisse, c’est tellement bon de glisser sur la vague, hein Jeff ?? ;).

 

interview marie correge molo artiste


LSI : Ton avis sur l'évolution du monde de l'art en particulier ?
Molo : « make art not war ».

 

LSI : En dehors du surf, de l’art, des passions, des intérêts particuliers?
Molo : Oui depuis mon premier voyage en Inde à 18 ans j’ai découvert la méditation, ça reste une des plus belle découverte de ma vie, explorer son propre être.

 

LSI : Un dernier mot ?
Molo :  om.

 

 

 

Retrouvez les interviews locales ici

 

Jeff
Lacanau Surf Info - Culture

https://twitter.com/timeline/home?status=https://www.lacanausurfinfo.com/news-34-201/interview-marie-molo-correge.html